Imaginez qu’au moment de payer vos impôts locaux, vous soyez invité-e à voter pour les projets de votre ville. C’est ainsi que les habitants de Guadalajara, au Mexique, décident pour leur budget participatif, à la recette municipale, en ligne ou à la banque !

budget participatif | presupuesto participativo | tlajomulco | guadalajara | conseil

A Tlajomulco, le conseil du budget participatif prête serment. // C DR

Le budget participatif de la Métropole de Guadalajara est né en 2010, dans l’une de ses municipalités, Tlajomulco. Le Congrès citoyen de Jalisco propose alors de créer un budget participatif, avec le soutien de l’Institut électoral et de participation citoyenne (IEPC). Le maire de Tlajomulco accepte. Il est décidé que 15 % des impôts locaux seront affectés aux projets élus par les contribuables.

Au début de l’année suivante, au moment de payer leur contribution, les habitants sont surpris. Une urne et des bulletins de vote ont fait leur apparition à la recette municipale. Dès cet instant, ils ne sont plus des citoyens passifs, il décident quels projets seront financés par l’impôt. Dès la première semaine, le taux de participation atteint 67 % et, la deuxième, l’IEPC renforce le dispositif à l’aide de machines à voter électroniques.

4 municipalités sur 6
La capitale de l’État de Jalisco est la deuxième ville du Mexique et forme une agglomération de plus de 4 millions d’habitants. Quatre de ses six municipalités disposent d’un budget participatif : Tlajomulco, Tlaquepaque, Zapopan et la ville-centre, Guadalajara. Ce pôle économique et culturel, à l’ouest du Mexique est aussi une destination touristique réputée pour son architecture coloniale.

Voter à la banque

budget participatif | presupuesto participativo | tlajomulco | guadalajara | banque

A Guadalajara, on vote à la trésorerie, en-ligne ou à la banque. //C DR

Ces urnes et ces machines à voter, les Tapatios* les retrouvent maintenant partout au moment de payer leurs impôts locaux. Elles sont présentes dans les recettes municipales bien sûr. Mais pas seulement. A Guadalajara, il est possible de payer ses impôts locaux ou sa facture d’eau à la banque. Dès lors, chaque début d’année, les banques deviennent des bureaux de vote !

En 2016, le montant total du budget participatif dépasse les 22 millions € et 71 projets sont en jeu. Ils témoignent des problématiques propres à chaque municipalité, de l’adduction d’eau et l’électrification d’un quartier à la construction de pistes cyclables ou la rénovation d’un espaces vert. Le reliquat est réparti pour mener à bien des projets d’action sociale notamment.

Presupuesto participativo | Route

A Tjalomulco, le « presupuesto participativo » affiche son efficacité. // C DR


Depuis 2010, le budget participatif de Guadalajara s’est diffusé dans cinq des municipalités de la Métropole. Monterrey avait expérimenté le dispositif dès la fin des années 1990 et Mexico a le sien depuis 2011. Guadalajara n’est donc ni la première ville ni l’unique au Mexique, mais c’est sans doute là que le projet est le plus surprenant. Vu d’ici.

Présentation 2014 du « Presupuesto participativo » du Gobierno Tlajomulco, Aera Metropolitana de Guadalajara, Jalisco

Image de couverture : dans une trésorerie de Tlajomulco, les habitants viennent payer leurs impôts et voter le « presupuesto participativo ».