Dimanche 14 février, pour la Saint-Valentin, Thomas Scuderi, l’adjoint à la citoyenneté et à la démocratie participative, appelle les Messins à déclarer leur amour à leur ville. C’est à cette date que sera lancé le budget participatif 2016. A l’heure où le numérique parait une solution idéale pour voter les projets, Metz a choisi une autre approche.

Le 12 novembre dernier, l’hôtel de ville de Metz avait tout d’une « fourmilière » se rappelle Thomas Scuderi, l’adjoint au maire à la citoyenneté et à la démocratie participative. Ce soir-là, les membres des comités de quartier et les habitants avaient rendez-vous pour décider des projets à réaliser en 2016 avec le million d’€uros du budget participatif, dans les onze quartiers, par petits groupes, puis à l’échelle de la Ville, en plénière.

Des cartons pour voter

Au total, 57 projets ont été adoptés lors de cette soirée. Pour voter, les participants devaient lever un carton de couleur. La Ville de Metz a choisi de privilégier le vote physique au vote sur Internet. « Nous ne voulions pas que les décisions se prennent derrière un ordinateur, au détriment des habitant présents et investis. » explique M. Scuderi pour qui les projets doivent se co-construire, et notamment avec les comités de quartier.

Budget participatif | Metz

Le Budget participatif a donné lieu à une grande réunion pour l’élection des projets. // C Ville de Metz

Aux Messins qui avaient déposé une idée sur le site, la Ville a ainsi proposé de venir aux réunions des comités de quartier pour la présenter, la confronter et l’enrichir. « L’intelligence collective donne du sens aux projets. » résume Christine Goldstein, chef du service démocratie participative.
Et la Ville a été plus loin en invitant les riverains des projets éligibles à s’exprimer auprès des instances de démocratie locale. Tout le monde ne partage pas la même expérience de son quartier.

La démocratie de proximité à Metz
La démocratie participative à Metz a été mise en œuvre en 2008 avec la création de onze comités de quartier. Lors de ce précédent mandat, ces derniers disposaient d’enveloppes des quartiers pour un montant total de 200 000 € par an. Le service démocratie participative organise environ 300 réunions chaque année.

Expertises techniques et d’usage

Cette expérience des habitants est assurément un plus pour Christine Goldstein. « Le budget participatif croise les expertises d’usage et l’expertise technique des services municipaux. »
Après une première édition aux délais d’analyse très justes, la seconde a facilité le dialogue autour des projets. « Ça redonne du sens à la notion de service public. » Et de citer l’exemple d’un espace vert, revu en profondeur à l’issue d’une concertation. « Les investissements collent aux usages.« 

La participation des Messins au budget participatif
En 2014, les Messins ont fait 287 propositions. 87 ont été déclarées éligibles par les services de la Ville et, au final, 47 d’entre elles ont été choisies par les habitants. En 2015, le nombre de propositions a été multiplié par 2,5 et 713 idées ont été déposées. Parmi les 78 éligibles, 57 ont été retenues dont 5 pour l’ensemble de la ville et 52 réparties au travers des 11 quartiers.
Label | budget participatif | Metz | 2015

C Ville de Metz

Bien sûr, l’expertise d’usage a ses limites. Sur les 713 projets proposés en 2015, 78 ont été déclarés éligibles. Mais Thomas Scuderi croit aux vertus de la transparence et à la pédagogie. « Tout est lisible, intelligible, du début à la fin » explique l’élu, même s’il avoue avoir fait face à l’incompréhension de certains. « Un habitant m’a présenté son projet. Il m’a dit : « il est formidable, vous devez le soutenir ! » Il a dû lui rappeler la neutralité des élus dans le dispositif.


A Metz, le budget participatif n’est pas qu’un changement de culture pour les services ou certains citoyens, il l’est aussi pour le politique. « Nous ne sommes plus seulement des décideurs, nous devons aussi savoir partager la décision. » Le 14 février, Thomas Scudéri appelle les Messins à déclarer leur amour à leur ville. Ils pourront le faire par Internet, mais c’est la vraie vie qui dira si leurs projets sont compatibles.