Montreuil a décidé de répartir son budget participatif à parts égales entre les six secteurs de la ville. La 3ème ville d’Île-de-France réalisera les projets de ses habitants sur deux ans, avant une prochaine édition.

budget participatif | montreuil |réunion publique

A la rentrée, la Ville organisait une grande réunion publique, invitant les porteurs de projets à présenter leurs idées. // C Ville de Montreuil

287 idées déposées et 141 éligibles : c’est à dire près d’une proposition sur deux sélectionnée. Ici, les participants ont eu un mois pour faire leurs propositions et les critères ont été plutôt respectés. Après quoi, ce fut au tour des services municipaux de mettre les bouchées doubles tout l’été pour étudier la faisabilité technique et chiffrer les projets. A la rentrée, la Ville organisait une grande réunion publique, invitant les porteurs de projets à présenter leurs idées.

2 ans pour réaliser les projets

A l’issue du vote sur Internet, 35 projets ont été élus par les habitants. Ils ont été rendus publics le 4 février dernier. La Ville travaille maintenant à leur réalisation, en partenariat avec les porteurs de ces projets et les conseils de quartier (qui sont aussi partie prenante du comité de suivi). Elle aura pour ça deux ans, avant la prochaine édition du budget participatif. Montreuil a fait le choix de ne pas renouveler l’expérience chaque année.

Montreuil, 3ème ville d’Île-de-France
Située sur le territoire Est Ensemble de la Métropole du Grand Paris, Montreuil, avec plus de 100 000 habitants, est la 3ème ville d’Île-de-France. Avec un montant total de 3 millions € sur deux ans et répartis également pour les six secteurs de la ville – elle compte 14 quartiers, le budget participatif représente 5 % du budget d’investissement.
Budget participatif | montreuil | projet

Un projet d’envergure verra le jour ici, à Montreuil, avec une nouvelle place pour l’un des coûts les plus importants du budget participatif, 195 430€. // C Ville de Montreuil

« Le budget participatif donne la possibilité de débattre de ce qu’il faut pour notre ville et d’agir très concrètement », explique Tania Assouline, l’adjointe à la démocratie locale. « Nous voulons que les Montreuillois voient concrètement les réalisations et comprennent que leur participation sert à quelque chose. » Aussi l’élue préfère-t-t-elle laisser le temps à la démarche d’être visible dans le temps. Avec 3 millions € au total, c’est entre quatre et huit projets qui seront réalisés dans chaque secteur. De quoi donner de la visibilité au budget participatif.

Les projets des Montreuillois
Au total, 287 idées ont été déposés par les Montreuillois, 141 ont été considérées comme éligibles et 35 seront réalisées dans les deux ans, soit 4 à 8 projets par secteur. Parmi eux, on peut citer un théâtre de marionnettes de plein air, un espace socio-culturel pour les associations, des mobiliers pour l’entretien des vélos ou encore de futures piétonnisations ou végétalisations de l’espace public.

« Ça on peut le faire, ça non. »

Lors de la phase de proposition, les notions d’investissement ou de compétences communales n’ont pas toujours été faciles à comprendre et il a fallu expliquer : « ça, on peut le faire, ça non. » résume Marie-Christine Guillet. Aussi est-elle convaincue de l’efficacité des ateliers : « les échanges ont donné de la consistance aux projets. »

C’est sur la participation que cette première édition a buté. Le vote n’a été proposé que sur Internet, à domicile ou sur des bornes dans les lieux publics. Des bornes qui ne permettaient pas, au départ, de créer un mail, indispensable pour s’exprimer. D’autre part, les confirmations par mail n’étaient pas toujours reçues. Au final, la ville a allongé les délais. Elle devrait, lors de la prochaine édition, doubler son dispositif d’urnes classiques.


A l’annonce des projets lauréats, les élus ont découvert des idées auxquelles ils n’avaient pas songé. Elles seront réalisées. Pour l’élue, c’est cet engagement vis à vis des habitants qui peut changer les pratiques citoyennes. Réponse dans deux ans.


 Visuel de couverture : le site classé des « Murs à pêche » de Montreuil où seront notamment installées des ruches.