Avec sa « Ruche aux projets », Grenoble a fait le choix de consulter les habitants sur les idées proposées au budget participatif, avant l’examen des services. La ville, qui vient de lancer la votation d’initiative citoyenne, avance avec modestie, explique Pascal Clouaire, l’adjoint à la démocratie locale.

« La Ruche aux projets » avait lieu le 20 juin dernier. La Ville avait invité les habitants et les porteurs de projets à décider quelles idées devaient être retenues parmi les 164 déposées. Autour de petits groupes tirés au sort – pour éviter tout lobbying – puis d’une séance plénière, ils ont analysé, regroupé et, au final, pré-sélectionné 30 projets. Un chiffre raisonnable pour les services chargés d’en faire l’étude technique.

La Ruche aux projets a sélectionné les projets en amont des services. // C P. Clouaire, élu. © Alain FISCHER 2015, Ville de Grenoble.

La Ruche aux projets a sélectionné les projets en amont des services. // C P. Clouaire, élu.
© Alain FISCHER 2015, Ville de Grenoble.

Une terre de participation

Si Grenoble a fait le choix de consulter les habitants avant les services, ça n’est pas que pour des questions de calendrier. Avec 22 Unions de quartier et 7 conseils citoyens, « nous sommes une terre de participation, explique Pascal Clouaire, l’adjoint au Maire à la démocratie locale. C’est à la fois un terreau très favorable et très exigeant. » Et la Ville se veut à la pointe. La municipalité vient de présenter un dispositif unique de votation d’initiatives citoyennes.

La votation citoyenne
Le dispositif d’interpellation et de votation d’initiatives citoyennes de Grenoble est une première en France. Son principe, toute pétition liée aux compétences municipales et qui atteint 2000 signatures, est présentée en Conseil municipal. Si ce dernier la rejette, la pétition est soumise à une votation citoyenne et si elle atteint 20 000 voix pour – au scrutin majoritaire, alors la municipalité s’engage à la mettre en œuvre.
Budget participatif | Grenoble

998 Grenoblois ont voté pour le budget participatif. // C Ville de Grenoble

Après l’examen et le chiffrage par les services de la Ville et de la Métropole, un millier de Grenoblois s’est rendu à l’hôtel de ville, pour voter et élire 9 projets. L’élu attend en 2016 une mobilisation plus importante, avec de nouveaux points de vote ou un scrutin élargi à une votation citoyenne par exemple. En attendant l’édition 2016, les 9 projets élus en 2015 sont entrés en phase de réalisation, avec leurs porteurs.

 

Un contrat moral avec les porteurs de projets

« Les porteurs de projet nous ont posé la question : « Est-ce que nous serons toujours associés ? », « Est-ce que nos idées ne vont pas être récupérés par les services ? » raconte Boris Kolytcheff, le chef de projet budget participatif de Grenoble. Aussi, un contrat moral a été passé entre eux et les services, pour avancer en confiance dans la réalisation des projets élus.

Le budget participatif de Grenoble en chiffres
164 propositions ont été déposés par les Grenoblois initialement. A l’issue de la Ruche aux projets, les habitants ont sélectionné 30 projets. Après l’examen des services et les échanges avec les porteurs, 19 projets ont été soumis au vote. 8 projets d’un montant inférieur à 100 000€ (dont deux fusionnés) et 1 compris 100 000€ et 400 000€ ont été élus par 998 habitants.

La Ville travaille avec les porteurs pour concrétiser leurs idées dans l’année. « Les habitants ont voté sur un principe », il s’agit maintenant d’affiner et d’engager la concertation avec les autres usagers. C’est le cas par exemple pour l’aménagement des abords d’une école. Pour décliner l’idée, plusieurs études ont été présentés. Les parents d’élèves et les riverains seront à leur tour consultés. 


Grenoble a choisi de donner la parole aux citoyens avant la phase d’expertise technique. Ce calendrier affirme la priorité donnée à la participation tout en simplifiant le travail des services. En 2015, le budget participatif disposait d’un montant de 800 000 € pour une ville de 160 000 habitants. Il en sera de même en 2016. « Nous explorons un domaine nouveau, nous avançons avec beaucoup de modestie », explique Pascal Clouaire.


Photo : 18 et 19 septembre 2015, Vote pour le budget participatif : L’heure des choix sur les différentes propositions pour les grenoblois. Hôtel de Ville de Grenoble, © Alain FISCHER 2015, Ville de Grenoble.