Laurent Riera est directeur de la communication de la Ville de Rennes et de Rennes Métropole. Pour son travail sur le budget participatif, son équipe a reçu le prix Cap’com. Laurent Riera voit dans le budget participatif l’opportunité de renouveler le dialogue. Le programme devient alors une des réponses à la perte de crédit de la parole politique.

Laurent Riera, directeur de la communication de Rennes et Rennes Métropole en charge du Budget participatif

Laurent Riera, directeur de la communication de Rennes et Rennes Métropole en charge du Budget participatif

 1- Le budget participatif : “un pari de Pascal”

6789 Rennais ont voté en 2016 au budget participatif et 11 500 en 2017 (+ 60%) : une participation-record. Pour la capitale bretonne, il s’agissait au départ d’une première et d’“un pari de Pascal”, explique Laurent Riera. Que la participation – et le succès – soit au rendez-vous ou non, la direction de la communication a fait du dispositif un dossier prioritaire et s’est entièrement mobilisée (aux côtés de la Mission Démocratie Locale).

Un budget annuel de 3,5 millions d’euros
Un premier élément objectif explique la forte participation à Rennes. 3,5 millions d’euros sont accordés chaque année au budget participatif (18 M€ sur le mandat). Rennes présente ainsi le quatrième programme le plus généreux par labitant en France.
Lire aussi notre classement des budgets participatifs les plus généreux


2- Une réaction au discrédit de la parole politique

La crise de confiance dans les institutions et la perte de crédit de la parole politique sont parmi les principales motivations à la création du budget participatif à Rennes. Avec le budget participatif, les citoyens ont directement la main sur une part du budget d’investissement. La parole politique est vérifiable et vérifiée.

Les élus locaux doivent être prêts à mener des expériences dans les territoires […] pour régénérer la démocratie […] (et) pour entraîner des gens qui se pensent eux-mêmes en dehors du collectif ”, analysait la Maire de Rennes, Nathalie Appéré, dans une interview au Monde.

Nathalie Appéré, Maire de Rennes, a lancé le budget participatif, avec l'idée de renouveler le dialogue citoyen?

Nathalie Appéré, Maire de Rennes, a lancé le budget participatif, avec l’idée de renouveler le dialogue citoyen?


3- Une logique de dialogue permanent

Le budget participatif s’inscrit dans une logique de dialogue permanent avec la population voulu par Nathalie Appéré, la Maire de Rennes”, poursuit Laurent Riera. Il se décline sur trois plans :

  • la participation à la démocratie de quartier et au budget participatif avec la Fabrique citoyenne,
  • un meilleur accès à la vie démocratique avec les Conseils municipaux augmentés,
  • la co-construction de la métropole du futur avec « Rennes 2030 ».

Donner du sens aux décisions du Conseil municipal
Rennes est loin d’être la seule ville à diffuser son Conseil municipal en vidéo. Mais elle est sans doute la seule à aller aussi loin pour faciliter l’accès à la vie démocratique. Au programme : pédagogie et dialogue en direct via les réseaux sociaux  pour redonner du sens à la décision publique.


Bilan : restaurer la crédibilité de la parole politique


La communication n’a pas pour seuls enjeux l’information ou l’image, elle tisse aussi un dialogue avec les habitants. Le budget participatif est une des réponses apportées par Rennes pour restaurer la crédibilité de la parole politique. Non que Rennes soit davantage concernée qu’une autre ville, mais parce que, pour ses élus, le temps est venu de dépasser le constat et d’agir.