Le 23 juin prochain, des ateliers réuniront les Loonois pour décider de 300 000 € d’économies sur le budget 2017 de la ville. Cette première participation directe au budget est-elle un budget participatif ?

Pour l’atelier budget participatif du 23 juin, le maire, Éric Rommel a prévenu “prévoyez vos sandwichs !” Loon-Plage doit faire des économies et plutôt que de décider en Conseil municipal quelle politique supprimer ou quel tarif augmenter, l’élu souhaite associer les habitants. “Cette démarche doit avoir un aspect pédagogique”, explique-t-il.

Des économies, Loon-Plage n’est pas la seule commune à devoir s’y résoudre. D’un côté, l’Etat réduit ses dotations –même si le rythme ralentira en 2017, de l’autre, les dépenses de fonctionnement progressent. Éric Rommel a tenté de résoudre l’équation. Le marché pour l’énergie a été revu et des départs à la retraite n’ont pas été remplacés. Au final, il manque toujours 300 000 € pour 2017.

Des prestations rares pour une commune de 6300 habitants
Les politiques de Loon-Plage sont très avancées pour une commune de 6300 habitants avec par exemple une aide au permis de conduire ou aux études supérieures. A la cantine, les repas sont issus à 65% des circuits courts, au tarif unique d’1,70 €.

Quel tarif augmenter ? Quelle prestation supprimer ?

Le 23 juin, par groupe de 6 ou 7, les Loonois sont donc invités à réfléchir à des coupes budgétaires. Ils diront quel tarif doit être augmenté ou quelle prestation doit être réduite ou supprimée. Les élus seront les modérateurs de ces groupes et veilleront à un débat équilibré. Le danger serait par exemple que les parents d’élèves ne s’attaquent aux prestations des anciens ou que ceux-ci ne dénoncent les tarifs de la cantine.

Loon Plage | seminaire | budget participatif

Les élus de Loon-Plage modéreront les débats sur les économies à réaliser le 23 juin prochain.

Au final, en septembre, la municipalité proposera une synthèse et le débat d’orientation budgétaire précisera quelles seront les économies à réaliser. Cependant, aucun vote des habitants ne viendra valider les choix à faire. Alors s’agit-il d’un budget participatif ?

Brive : une consultation sur les priorités
L’expérience loonoise n’est pas sans rappeler Brive-la-Gaillarde, en 2014. La nouvelle majorité avait lancé une consultation demandant aux habitants quelles politiques ils jugeaient prioritaires. A la différence de Loon-Plage qui va travailler en présentiel et ainsi favoriser l’échange, il s’agissait là d’un questionnaire de 50 points.

Alors s’agit-il d’un budget participatif ?

Dans un article de La Voix du Nord consacré au sujet, Julien Talpin, chercheur au CNRS, fait remarquer que “la démocratie participative n’a pas vocation à aller dans ce sens”, c’est-à-dire vers une réduction des dépenses. Au contraire, pour le chercheur, “il est souhaitable que plus de démocratie participative aille vers plus de services ou plus de choix”. 

De fait, avec le renouveau observé depuis 2014, c’est cette voie qui a été suivie en France. Cette approche peut être débattue cependant. Dans sa définition la plus large des budgets participatifs, Yves Sintomer parle “d’un dispositif [qui] permet à des citoyens, non élus, d’être associés à la définition des finances publiques.” Alors pourquoi pas aussi des budgets participatifs qui retranchent plutôt qu’ils n’ajoutent ?

Mairie | Loon Plage | budget participatif

Au final, ce sont les élus qui décideront des économies. Alors s’agit-il vraiment d’un budget participatif ?

Éric Rommel, de son côté, explique devoir faire face, en priorité, à la situation financière de sa commune mais n’est pas fermé à un dispositif “classique” : “si demain, j’ai une bonne surprise [financière NDLA], oui, pourquoi pas.”

Reste à voir quel sera le résultat du rendez-vous du 23 juin. Ces ateliers entraîneront-ils une dynamique ? Les Loonois, mieux (in)formés au budget communal proposeront-il des alternatives ? Le maire, à l’origine de la démocratie locale dans sa commune, ne ferme aucune porte, là-encore : “Les Loonois ont le droit de proposer tout le temps. Quand il y une idée, elle est présentée en réunion publique.”


Dans son enquête transnationale de 2014, l’Institut Nexus relevait la diversité des modèles de budgets participatifs. La petite commune de Loon-Plage en ajoute peut-être un nouveau en associant ses habitants au choix des économies à faire. Reste qu’il lui faudrait une délibération citoyenne pour confirmer qu’il s’agit bien là d’un budget participatif.