Les Parisiens ont jusqu’au 19 février pour proposer leurs idées pour le budget participatif 2016. Cette année, la Mairie de Paris veut encourager les projets convergents à se rapprocher. Après une édition 2015 marquée par quantité d’idées, 2016 doit être l’année de la co-construction.

Budget participatif | Paris | Pauline Veron | 2016

Pauline Véron, adjointe à la maire de Paris, présentait l’édition 2016 du budget participatif le 19 janvier dernier.

Pauline Véron, la maire-adjointe de Paris à la démocratie locale, présentait le 19 janvier le budget participatif 2016. La capitale mise cette année sur la co-construction.

La plate-forme web du budget participatif 2016 a intégré cette exigence parmi ses nouveautés. Ainsi quand un déposant indique le lieu où il imagine son idée, le site affiche tous les projets proposés au même endroit. Avec cette nouvelle fonctionnalité, les Parisiens découvrent avec qui ils peuvent s’associer pour construire leur projet. C’est la première étape.

Paris | budget participatif |calendrier | 2016

Le calendrier 2016 du budget participatif de 2016 : les Parisiens auront deux mois pour co-construire leurs projets. // C Mairie de Paris3 critères à respecter

De mars à mai, viendra la deuxième étape, avec les ateliers de co-construction. Les Parisiens y imagineront ensemble leurs projets. La Mairie veut aussi les inviter s’intéresser à de nouvelles thématiques, affichées actuellement partout dans Paris, à l’image de la solidarité, de la tranquillité ou de l’ouverture. L’objectif est, là encore, de réunir les idées. A la publication de l’article, les propositions sur la solidarité ne représentaient toutefois que moins d’un projet sur dix.

Quelles idées déposées en 2015 ?
En 2015, plus d’un tiers des propositions s’inscrivaient dans les compétences de cadre de vie (23%) et d’environnement (14 %). Venaient ensuite notamment les transports et la mobilité (12,5%) et la culture (8%). Au total, les participants ont soumis 47 % de projets pour Paris et 53 % pour leur arrondissement.

Au-delà de ces rendez-vous, la Mairie a recruté une trentaine d’ « ambassadeurs ». Ces jeunes en service civique aideront les Parisiens à la réflexion ou, plus simplement, expliqueront la démarche. Les équipes de développement local, les Conseils de quartier ou les centres sociaux sont également mobilisés pour encourager la participation, et en particulier dans les quartiers populaires pour qui sont réservés 30 M€ sur les 100 M€ du budget participatif 2016.

Pour devenir éligible ou accéder aux ateliers de co-construction, un projet doit respecter trois critères déjà en vigueur l’an passé : servir l’intérêt général, être de la compétence de la Ville-Département de Paris et représenter un investissement (et n’engendrer aucun ou très peu de coûts de fonctionnement).

L’édition 2015 avait vu le dépôt de 5115 idées. Après l’examen, puis l’analyse technique et le chiffrage des services de la Mairie, 938 d’entres elles avaient été finalement soumises au vote.
En 2016, le rassemblement des idées convergentes, en particulier lors des ateliers, de mars à mai, doit favoriser l’échange entre les Parisiens. Lors de sa présentation Pauline Véron résumait la démarche : « pas que du numérique, plus de co-construction. » 


Visuel de couverture extrait de la campagne de la Mairie de Paris pour le budget participatif 2016.