En mai 2019, le journaliste Ilan Malka se rendait à Jarny pour France Culture pour y raconter comment les habitants se saisissaient du budget participatif. A la salle de sport, il rencontrait Julien, un jeune qui expliquait ne pas voter aux élections, mais s’investir dans le budget participatif.

Jarny est une commune de 8300 habitants, à une demi-heure de Metz, en Meurthe-et-Moselle. En 2009, son maire, Jacky Zanardo et sa directrice de cabinet Nathalie Mathé confient un budget aux conseils de quartier pour décider des investissements à réaliser. Le premier budget participatif est né

De la tutelle à l’émancipation

L’ancienne cité minière revient de loin. La ville a connu la tutelle préfectorale, en vue de redresser ses comptes. A son arrivée à la tête de la ville en 2001, l’équipe municipale emmenée par Jacky Zanardo – toujours maire – choisit la voie de l’émancipation et la démocratisation. Elle crée ses premiers conseils de quartier en 2002. 

Cette dynamique citoyenne ne s’est pas arrêtée. Aujourd’hui cette citoyenneté s’exprime aussi dans la préservation de l’environnement.

A l’issue d’un premier mandat dédié à rattraper le temps perdu, le maire lance les budgets participatifs des conseils de quartier. Le maire et les habitants ont-ils pris à goût à décider ensemble ? En 2013, la décision est prise. Le budget participatif sera ouvert à tous les Jarnysiens. Un an avant les élections municipales, il fallait oser. 


Les moyens de ses ambitions

En 2016, j’interrogeais Nathalié Mathé, directrice de cabinet sur le budget participatif. Elle me confiait alors faire avec les moyens du bordDepuis 2017, la commune est passée à la vitesse supérieure, elle a recruté une chargée de  mission, Lison Bernou.

Lors de ce premier article consacré à Jarny, je revenais également sur les propos que des élus avaient alors tenu à la presse régionale, se félicitant que Jarny avait un budget participatif plus généreux que Paris. La réalité est un peu plus complexe.

Certes, il dépasse les 5% d’investissement de Paris, mais reste inférieur sur le plan du montant par habitant ! Pour autant, il est bien l’un des plus généreux de France. En 2017, il atteignait 200 000 euros. Aujourd’hui, il les dépassés avec 250 000 euros, près de 30 € par habitant ! A comparer aux 5 € de la médiane nationale.


Une participation qui s’étend

Forcément, avec un tel montant, les Jarnysiens ont des idées. Il faut encore les instruire et, encore, ne pas convaincre que les professionnels de la participation mais aussi toutes celles et ceux qui jusqu’alors ne s’intéressaient guère à la politique. 

Les chiffres de Lison Bernou montrent que sur ce point, la commune a parfaitement réussi son pari avec une grande diversité de participants et, avec elle et avec le temps, une évolution des projets. 

« Au départ, les projets se concentraient sur la voirie : les aménagements, la sécurité. A présent, ce sont le sport, les loisirs et l’environnement. »

Lison Bernou, en charge du Budget participatif

Une idée originale pour 2020

Des projets qui demandent de nouvelles compétences aussi pour la commune et, par conséquent, davantage de coordination. Pour ces projets, la ville doit être davantage à l’écoute de ceux qui les portent, de ceux qui maîtrisent les sujets et, bien entendu, de tous ceux qui, dans les environs du projet, sont curieux d’en savoir plus.

Année après année, le budget participatif évolue, sa participation augmente. De quoi approfondir chaque année, cet exercice pratique de la citoyenneté tranquillement ? Pas vraiment, en 2020, l’équipe municipale a décidé d’une petite révolution : le budget participatif sera concentré sur le réaménagement du parc de la ville !


Pas de quoi perdre les Jarnysiens ! Julien aurait déjà déposé un projet. Reste à savoir si il trouvera aussi le chemin des urnes l’année prochaine, pour une autre élection.